Colloque : « Le mythe Lebrun, entre attaques et critiques »

Journées d’études

organisées à l’occasion du 4e centenaire de la naissance de Le Brun par le

Centre Georges Chevrier (Université de Bourgogne, UMR 7366)

et le Centre allemand d’histoire de l’art

16-17 décembre 2019, Centre allemand d’histoire de l’art, Paris

Les colloques dédiés à un artiste à l’occasion d’un anniversaire ont souvent pour objet de construire ou d’alimenter une consécration. Le but de celui-ci est tout autre : il s’agit au contraire d’analyser comment s’est forgée une légende noire. 

Avant même la disparition de Colbert, d’importantes figures de la cour de Louis XIV, comme Louvois, des artistes, comme Pierre Mignard ou Simon Jaillot, cherchèrent à mettre en difficulté l’autorité que Le Brun avait prise dans le domaine des arts. Cette rivalité se transforma en critique acerbe dans les publications de Roger de Piles autour de 1700. Jugées porteuses d’un discours dépassé et officiel, marquées par un coloris tranché perçu comme sans nuances, les œuvres de Le Brun ont souvent servi, depuis Watteau, de repoussoir.

La reconnaissance du peintre par la postérité se réduit-elle aux plafonds du Louvre qui célèbrent l’école française ou aux tableaux d’autel des églises qui, dans tout le territoire, présentent des copies dévotes de ses œuvres ? Dans l’historiographie, Le Brun a rapidement été assimilé à l’absolutisme louisquatorzien comme à l’Académie et à ses prétendus méfaits. Les musées ne rendirent pas toujours justice au peintre de Versailles, préférant montrer les peintres de la réalité, et c’est seulement en 1994 que l’on put revoir les toiles qui avaient fait la célébrité du peintre au XVIIe siècle : les batailles d’Alexandre. 

En partant d’une analyse de la perception actuelle de Le Brun et en remontant aux sources de celle-ci, le colloque entend éclaircir les aléas d’une fortune paradoxale.

Comité scientifique : Olivier Bonfait, Bénédicte Gady, Thomas Kirchner, Gaelle Lafage, Matthieu Lett, Rémi Mathis, Nicolas Milovanovic.

 

Lundi 16 décembre

14h Ouverture par Olivier Bonfait (Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier), Bénédicte Gady (Musée des Arts Décoratifs) et Thomas Kirchner (Centre allemand d’histoire de l’art)

 

Session 1 Après 1950, un nouveau Le Brun ?

14h15 : Nicolas Milovanovic (Musée du Louvre) : Montrer Le Brun au Louvre : de la Révolution au XXIe siècle 

14h45h Olivier Bonfait (Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier) : Le Brun en histoire de l’art : 1954-1994

15h15 discussion animée par Alain Mérot [Sorbonne Université] et Michela Passini (IHMC, CNRS)

15h45 pause

 

Session 2 Le Brun, incarnation du règne de Louis XIV et de l’Académie (1789-1958)

16h15 Matthieu Lett (Université de Lausanne/Paris Nanterre) : Le Brun et Louis XIV dans les débats révolutionnaires sur le système des arts (1789-1793).

16h45 Alain Bonnet (Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier) : Le Brun au XIXe siècle : répression ou refoulement ?

17h15  Gabriel Battala–Lagleyre (Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier) : Le Brun, reflet du soleil. Le premier peintre de Louis XIV dans la République (1870-1958)

17h45 Discussion animée par Sébastien Allard (Musée du Louvre) et Pierre Wat (Université Panthéon-Sorbonne)

 

18h30 Conférence : Martin Olin (National Museum, Stockholm) : ”The Sun and the Polar Star: Le Brun and Sweden” 

 

Mardi 17 décembre

Session 3 Quel Le Brun au XVIIIe siècle ?

9h15 : Christine Gouzi (Sorbonne Université) :  La peinture religieuse de Charles Le Brun : modèle ou faire-valoir pour les peintres du XVIIIe siècle ?

9h45 : Noémi Duperron (Université de Genève) : Le Brun et la construction d’une identité artistique britannique : critiques et parodie de l’expression des passions dans l’Angleterre du XVIIIe siècle

10h15 Discussion animée par Chantal Grell (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) et Christian Michel (Université de Lausanne)

10h45 pause

 

Session 4 : Amis et ennemis de Le Brun sous Louis XIV

11h15 Gaëlle Lafage (Sorbonne Université) : Les attaques contre Le Brun conservées dans les archives de l’Académie.

11h45 Daniela Del Pesco [Università di Roma Tre]  : Paul de Chantelou : Anti- Le Brun ? Les acteurs et les sources.

12h15 Discussion animée par Marianne Cojannot-Le Blanc (Université Paris Nanterre) et Rémi Mathis  (Bibliothèque nationale de France)

12h45 Conclusion. 

 

 

 

Appel à communication : « L’Anti Le Brun, du Versailles de Louis XIV au Louvre de la République (Paris, 16-17 décembre 2019) »

Journées d’études organisées à l’occasion du 4e centenaire de la naissance de Le Brun 
 Centre Georges Chevrier (Université de Bourgogne/CNRS, UMR 7366), Centre allemand d’histoire de l’art

Les colloques sur un artiste pour un anniversaire de sa naissance ont souvent pour ambition de consacrer un artiste. Le but de celui présenté ici est  plutôt d’étudier sa légende noire, encore peu étudiée. 
Car avant même la disparition de Colbert, Nicolas Mignard et d’autres personnes à la cour de Louis XIV (Louvois) ou  à la ville (Simon Jaillot) cherchèrent à mettre en difficulté l’autorité que Le Brun avait prise dans le domaine des arts. Cette rivalité se transforma en critique acerbe chez Roger de Piles autour de 1700. 
Par la suite, sa peinture put constituer un repoussoir pour bien des artistes, de Watteau à Delacroix. A la différence de Poussin, il fit rarement l’objet d’éloges ou de copies. 
Dans l’historiographie, Le Brun fut rapidement assimilé à l’Académie et à ce qui était jugé comme ses méfaits, et à l’absolutisme louisquatorzien, et fut ainsi qualifié de « dictateur des arts ». Les musées ne rendirent pas toujours justice au peintre de Versailles, préférant montrer les peintres de la réalité, et c’est simplement en 1994 que l’on put revoir les toiles qui avaient fait la célébrité du peintre au XVIIe siècles : les batailles d’Alexandre.

En étudiant aussi bien la littérature artistique que la muséographie, les destructions (l’escalier des ambassadeurs), les silences ou les absences (dans les collections des pays étrangers) comme les critiques explicites, ce colloque souhaiterait examiner sur la longue durée la réception critique d’un peintre. Contrairement à bien des expositions sur les artistes français du XVIIe siècle, la grande exposition de Versailles de 1963 ne permit pas de faire découvrir le peintre. Il y a aussi une actualité contemporaine de la non réception de Le Brun. Il pourrait être également intéressant d’interroger quelques lieux et contextes de découvertes ou d’engouements (comme la politique actuelle du Metropolitan Museum) et quelques communications analysant les mises en valeurs de l’artiste seront acceptées pour faire contre-point.

Ce colloque est bien conçu comme un lieu débat, un atelier de réflexion : un large temps sera accordé aux discussions, et il pourra s’appuyer en particulier sur des travaux de jeunes chercheurs. 
A coté d’enquêtes plus traditionnelles sur le marché de l’art, l’historiographie, les copies, il souhaiterait ouvrir les recherches sur la réception, sur la présentation des œuvres (notamment avec des visites in situ), voire d’étude de cas de restaurations en fonction d’une idée a priori de l’artiste, et d’analyse de commémoration.

Le colloque durera deux jours: une journée et demi au Centre allemand d’histoire de l’art, une demi journée de visite ateliers.
Un comité scientifique sélectionnera les projets de communication reçus. Les actes seront publiés, probablement en ligne.

Olivier Bonfait

Comité scientifique : Thomas Bohl, Olivier Bonfait, Bénédicte Gady, Thomas Kirchner, Gaelle Lafage,  Matthieu Lett, Rémi Mathis, Nicolas Milovanovic,

Les propositions d’intervention sont à envoyer pour le 3 septembre 2019 à antilebruncolloque@gmail.com. Elles doivent contenir le projet de communication (500 mots) et un bref profil biographique (4-5 lignes). Les résultats seront communiqués avant le 15 septembre.
Le Centre Chevrier devrait pouvoir prendre en charge une partie des frais de déplacement et d’hébergement pour les intervenants résidant hors de Paris.

– – – – – – – – – –  –
L’Anti Le Brun, du Versailles de Louis XIV au Louvre de la République
Paris, 16-17 december 2019

Study days organized on the occasion of the 4th centenary of Le Brun’s birth 
 Centre Georges Chevrier (Université de Bourgogne/CNRS, UMR 7366), Centre allemand d’histoire de l’art

Symposiums on an artist for an anniversary of his birth are often intended to consecrate an artist. The purpose of the one presented here is rather to study his black legend, which has not yet been studied in the case of Le Brun. 
Because even before Colbert’s death, Nicolas Mignard and other people at the court of Louis XIV (Louvois) or in the city (Simon Jaillot) tried to put in difficulty the authority that Le Brun had taken in the field of the arts. This rivalry turned into a bitter criticism with Roger de Piles around 1700. 
Later, his painting could constitute a repellent for many artists, from Watteau to Delacroix. Unlike Poussin, it was rarely praised or copied. 
In historiography, Le Brun was quickly assimilated to the Academy and what was judged to be its misdeeds, and to Louis XIV’s absolutism, and was thus qualified as « dictator of the arts ». Museums did not always do justice to the painter of Versailles, preferring to show the painters of reality, and it was only in 1994 that we could see again the paintings that had made the painter famous in the 17th century: the battles of Alexander.

By studying both artistic literature and museography, destruction (ambassadors’ stairs), silence or absence (in foreign collections) as well as explicit criticism, this symposium would like to examine over time the critical reception of a painter. Unlike many exhibitions on 17th century French artists, the great Versailles exhibition of 1963 did not allow the painter to be discovered. There is also a actuality of the absence of reception of Le Brun. It might also be interesting to examine some places and contexts of discovery or fads (such as the current policy of the Metropolitan Museum) and some papers analyzing the artist’s positive fortune will be accepted as a counterpoint.

This symposium is well conceived as a place of debate, a workshop for reflection: a large amount of time will be given to the discussions, and it will be able to rely in particular on the work of young researchers. 
In addition to more traditional investigations into the art market, historiography, copies, it would like to open up research on reception, on the presentation of works (particularly with on-site visits), or even on case studies of restorations based on an a priori idea of the artist, and on analysis of commemoration.

The conference will last two days: one and a half days at the Centre allemand d’histoire de l’art, half a day of workshop visits.
A scientific committee will select the communication projects received. The proceedings will be published, probably online.

Olivier Bonfait

Scientific Committee: Thomas Bohl, Olivier Bonfait, Bénédicte Gady, Thomas Kirchner, Gaelle Lafage, Matthieu Lett, Rémi Mathis, Nicolas Milovanovic,

Proposals for intervention should be sent by 3 September 2019 to antilebruncolloque@gmail.com. They must contain the communication project (500 words) and a brief biographical profile (4-5 lines). The results will be communicated before 15 September.
The Centre Chevrier should be able to cover part of the travel and accommodation costs for participants  residing outside Paris.

Vente d’un dessin en lien avec le décor de la galerie d’Apollon du Louvre (Aguttes, Drouot, 28 mars 2019)

Dans le cadre des ventes publiques organisées conjointement au salon du dessin, la maison Aguttes propose lors d’une vacation à l’hôtel Drouot le 28 mars 2019 un dessin en rapport avec la galerie d’Apollon, qui fait d’ailleurs l’objet de la couverture du catalogue.

Notice du catalogue de vente :

LOT 61

Estimation : 40 000 – 60 000 €

CHARLES LE BRUN ET COLLABORATEUR (PARIS 1619 – 1690)

Etude pour le plafond de la Galerie d’Apollon au Louvre
Plume et encre noire, lavis gris et brun, rehauts d’or, de blanc et d’aquarelle
27,5 x 16 cm
Annoté en bas à gauche à la plume
Le Brun fecit
Annoté en bas à droite à la plume angles du plafond

Notre dessin est une partie du projet de décor de la Galerie d’Apollon du Louvre présenté probablement par Charles Le Brun à Louis XIV et Colbert au début de l’année 1663.
Il s’inscrit dans un ensemble de dessins composant « une première idée » pour ce projet ambitieux et présentant quelques variantes avec le décor exécuté.
Un devis du 3 mai 1663, décrit une étape intermédiaire.
Cette oeuvre s’insère dans un groupe de dessins préparatoires aux ornements placés à la retombée de la voûte du plafond d’Apollon. Dans son ouvrage,
Bénédicte Gady remet en perspective les deux dessins conservés au Louvre, un dessin appartenant au Musée de Montpellier et un autre conservé au
Hessisches Landesmuseum de Darmstadt.
A l’origine, cet ensemble aurait fait partie de deux grandes feuilles découpées par la suite. (Peupler les Cieux – Dessins pour les plafonds parisiens au XVIIe siècle, Paris, 2014, n° 64, reproduits). Un système d’encoches sur le bord des dessins a permis de les mettre en correspondance. Notre dessin se place avant le dessin de Darmstadt.
La Galerie d’Apollon, conçue par Le Vaux et Le Brun, contient cent cinq oeuvres d’Art enchâssées dans le riche décor sculpté de la voûte et des murs.
Le 6 février 1661, un décor de ballet donné dans l’ancienne Galerie des rois du Louvre prend feu : La Galerie est entièrement détruite. Louis XIV est son ministre et surintendant des Bâtiments, Colbert, choisissent de reconstruire cet espace de réception. Louis Le Vaux y travaille de 1661 à 1663. Charles Le Brun lui succède pour les décors.
Rentré de Rome cette même année 1663, Charles Le Brun est fortement imprégné par l’Art baroque romain, marqué par les grands décors qu’il a pu y admirer surtout ceux du palais Farnèse. En France, il a déjà travaillé sur un programme décoratif associant sculptures et peintures, à Vaux le Vicomte.
Le programme iconographique est approuvé par Colbert. La course du soleil à travers le temps et l’espace, associée au mythe d’Apollon, permet d’établir un parallèle glorifiant Louis XIV. La structure du décor, très cohérente, est aussi très complexe. Le Brun associe grands cadres, éléments architecturaux et figures en ronde bosse. Un rideau en trompe l’oeil aux extrémités, associé à deux paysages avec Cybèle et Neptune, renforce la théâtralité.
Entouré d’une équipe de sculpteurs et de peintres parmi lesquels Girardon, les frères Marsy, Monnoyer ou Gonthier,
Le Brun se réserve certaines grandes toiles dont La course au Soleil – Apollon / Louis XIV centrale, qu’il ne pourra achever. Delacroix y réalisera au XIXe siècle, Apollon terrassant le serpent Python, s’éloignant du projet initial.
Le Brun travaille sur ce décor jusqu’en 1666, et en 1677, le projet inachevé est mis de côté, il manque la plupart des peintures. Louis XIV quitte le Louvre en 1678 pour Versailles. L’ensemble sera complété aux XVIIIe et XIXe siècles.

Vente de dessins (Christies, 27 mars 2019) : May des Gobelins et Tête de soldat persan

Dans la cadre de la semaine du dessin à Paris, la maison Christies organise une grande vente de Dessins Anciens et du XIXème incluant des œuvres de la collection Jean Bonna. Charles Le Brun y sera représenté par deux œuvres de nature très différentes. La première est un dessin de Sébastien Leclerc, graveur proche de Le Brun qui reproduisit plusieurs de ses ouvrages. Ce dessin faisait partie des volumes rassemblant l’œuvre de Leclerc conservés au séminaire de Saint-Sulpice et vendus en 1979. Son sujet est assez extraordinaire, car il montre un projet de may permanent à élever en hommage à Le Brun dans la manufacture des Gobelins. Il rappelle la tradition ancienne des arbres de « may » ou « mai », appelés ainsi car ils étaient élevés le 1er mai devant la maison des personnes que l’on souhaitait honorer. Ainsi, chaque année, un grand décor en forme d’arbre orné de symboles et d’allégories était élevé dans la cour de la manufacture des Gobelins pour honorer Le Brun.

Sébastien Leclerc, Projet de Mai des Gobelins permanent, pierre noire, sanguine, plume et encre noire et brune, lavis gris, 595 x 279 mm, vente Christies 27 mars 2019, lot 60

Cette tradition fut immortalisée par une estampe anonyme et une autre de Leclerc lui-même.

Anonyme, « Présentation du may élevé à l’honneur de monsieur le Brun », 1676, estampe, 650 x 410 mm, Bnf, Département des Estampes, QB4 1676
Sébastien Leclerc, Le May élevé dans la cour des Gobelins, estampe, 289 x 372 mm, BnF, Département des Estampes, Hennin, 5383

Une description précise de cet ouvrage est donnée par Laurent-Josse Leclerc, fils du graveur, qui put lui-même admirer cet ouvrage :

« C’estoit un arbre ou plutôt deux fort gros arbres joints ensemble par de bonnes barres et des cercles de fer. Cette pièce de bois qui estoit d’une hauteur prodigieuse estoit peinte à l’huille, de couleur verte, depuis le haut jusques en bas. Le pied en estoit caché par deux espèces de piédestaux qui estoient l’un sur l’autre et qui avoient environ dix à 12 pieds de hauteur, et 5 à 6 en quarré. Ils estoient marbrés et les entablemens en estoient bronzés. Au-dessus on voyoit deux grandes figures de huit à neuf pieds de haut, qui soutenoient un tableau qui estoit entouré de festons. Ces figures et le tableau varioient tous les ans. Les figures estoient de grosse cire au torchon et peintes en blanc. Un peu au-dessus du tableau estoit un grand vaisseau avec des anses fort saillantes, le tout jauni à l’huille. Un peu au-dessus començoient des grands feuillages de fer blanc, qui faisoient vingt rangs, tous peints en vert, au-dessus desquelles estoit une grande couronne argentée. Ensuitte quelques feuillages verdis, puis une très grande fleur de lys de bois doré. Enfin à la cime estoit un fort beau soleil de fer blanc fort bien doré. On descendoit tous les ans ce may au mois d’avril, et on travailloit à le renouveler, c’est-à-dire à le repeindre et redorer. On changeoit les figures et le tableau, et on l’élevoit le 1er jour de may, avec beaucoup de magnificence. On tiroit des boetes, et la musique et le festin l’accompagnoient ». (Leclerc Laurent-Josse, Abrégé de la vie de Sébastien Le Clerc, Ch. R. grav. et dessinat. du Cabin. du Roy. Suivi du : Catalogue chronologique de tous les ouvrages de Sébastien Le Clerc Chevalier Romain dessinateur et Graveur ordinaire du Cabinet du Roy, s. d. Manuscrit inédit conservé à Paris, Archives du séminaire de Saint-Sulpice, 854, p. 170-171.)

Le dessin vendu par Christies, montre que Leclerc avait pensé faire élever un may pérenne en l’honneur de Le Brun. Finalement, ce fut la gravure représentant l’élévation de ce may dans la cour des Gobelins qui témoigne encore aujourd’hui de la reconnaissance du graveur pour celui qui fut une grande partie de sa vie son protecteur. En effet, Le Brun le présenta à Colbert qui « luy fit donner un logement aux Goblins avec une pension de dix huit cent livres, afin qu’il ne travaillât plus désormais que pour le cabinet du roi ». Il le fit également agréer au sein de l’Académie royale de peinture et de sculpture (1672). L’année suivante, Le Brun fut témoin à son mariage avec Charlotte Van Kerchove, une fille du teinturier des Gobelins, et parrain de sa fille Catherine en 1675. Il lui permit même d’obtenir du roi une pension de 300 livres, alors que le graveur, dont la famille s’agrandissait considérablement, demanda à travailler pour d’autres ouvrages que ceux du roi (Lafage, 2015, p. 242-243). Ce dessin est donc un témoignage de la reconnaissance et du dévouement d’une partie des artistes logés à la manufacture des Gobelins envers leur directeur.

Le second dessin en vente, attribué à Le Brun et son atelier, représente la tête du soldat persan s’enfuyant au premier plan de La Bataille d’Arbèles. De grand format, il dépasse la taille des pastels conservés au Louvre d’après la suite des tableaux sur la vie d’Alexandre (Inv. 29877, 29878, 29880). Il est considéré dans la notice du catalogue de vente (reproduite plus bas) comme un carton pour la tapisserie.

Charles Le Brun et atelier, Tête de soldat persan,
pierre noire, sanguine, craie bleue, lavis brun et gris, lavis de sanguine, estompe, 70 x 51,3 cm, Vente Christies 27 mars 2019, lot 61

Notices du catalogue :

Lot 60

SÉBASTIEN LE CLERC (METZ 1637-1714 PARIS)

Projet de Mai des Gobelins permanent (recto); Project d’élévation d’un arc de triomphe (verso) avec signature ‘Sebastien le Clerc’ (en bas à droite), diverses inscriptions, mesures et avec titre ‘Projet de M. Le Clerc pour un May dans la cour des Gobelins’ (sur le montage) pierre noire, sanguine, plume et encre noire et brune, lavis gris, sur deux feuilles jointes (recto) ; plume et encre noire (verso), filigrane B coeur C (Benoît Colombier ?) 59,5 x 27,9 cm.; on joint une épreuve de l’eau forte de Sébastien Leclerc

Provenance

Charles-Antoine Jombert, Paris (1712-1784).

Bibliothèque du Séminaire Saint-Sulpice, Issy-les-Moulineaux (jusqu’en 1979).

Librairie André Jammes, Paris.

Librairie Benoît Forgeot, Paris.

Exceptionnel et rare témoignage d’une tradition perdue de décor dans la cour de la manufacture des Gobelins, cette large feuille a été réalisée par Sébastien Le Clerc, l’un des plus prolifiques aquafortistes de la seconde moitié du XVIIe siècle, qui fut l’ami et le protégé de Charles Le Brun.

C’est sans doute grâce à ses relations avec le Premier peintre du roi qu’il est choisi pour réaliser ce projet qui ne verra jamais le jour sous cette forme mais qui fut gravé par l’artiste lui-même vers 1686 et qui décrit la fête d’inauguration de cette sculpture surmontée d’un arbre (une impression de la gravure est vendue avec le dessin dans ce lot). Cette ‘tradition d’ériger un arbre coupé le premier jour de mai, rite païen lié au renouveau de la nature et à l’arrivée du printemps, fut proscrite par l’Eglise catholique à la fin du XVIe siècle et remplacer par l’offrande d’un tabernacle puis d’un tableau de dévotion appelé ‘May’ de Notre-Dame commandé par la corporation des orfèvres de la ville’ (Strasser, op. cit.).

L’arbre est planté au-dessus d’ornements en forme de colonne qui rendent hommage, telles des citations, aux plus grandes œuvres de Charles Le Brun. Le socle du piédestal représente Hercule couronné par la Victoire (référence aux décors de l’Hôtel Lambert) et une reprise propose une solution alternative dans l’encadré rectangulaire sur la droite. Puis le sommet de l’arbre est couronné d’une fleur de lis et d’un soleil, en référence des armoiries données à Le Brun par Louis XIV.

La délicatesse de la sanguine qui se mêle harmonieusement aux légères touches de lavis gris et aux accents de plume et encre brune contraste avec la rigueur de l’architecture du bâtiment esquissé à l’arrière-plan confirme le talent de Le Clerc nommé graveur ordinaire du Cabinet du roi à la mort de Claude Mellan en 1693.

Lot 61

CHARLES LE BRUN ET ATELIER (PARIS 1610-1690)

Tête de soldat persan

pierre noire, sanguine, craie bleue, lavis brun et gris, lavis de sanguine, estompe

70 x 51,3 cm.

La taille impressionnante de ce carton ainsi que l’expression puissante qui s’en dégage ne doivent pas faire oublier qu’il a été réalisé dans un but précis : un dessin grandeur nature réalisé pour la préparation d’une œuvre elle-même à grande échelle. Il s’agit très probablement d’un des seuls fragments d’un carton monumental ayant aujourd’hui survécu en relation avec une composition de Le Brun pour l’un des épisodes de la vie d’Alexandre le Grand : La bataille d’Arbèles, connue par une peinture datée de 1669 conservée au Louvre et mesurant près de 5 mètres sur 13. (Fig. 1 ; voir J. Vittet in La Tenture de l’histoire d’Alexandre le Grand, cat. exp., Paris, Mobilier National, 2008- 2009, p. 42, fig. 6). Cette peinture, dont le motif central est ce Persan en fuite, ainsi que plusieurs illustrations monumentales de l’histoire d’Alexandre, s’inscrivent dans la glorification du roi Louis XIV, dont Le Brun était premier peintre. Une tapisserie au Mobilier National de Paris, qui correspond en grande partie à ce tableau, représente une autre version de cette composition. Il existe également plusieurs fragments de cartons peints sur toile qui ont certainement été utilisés par les tisserands (Vittet et A. Brejon de Lavergée, ibid., pp. 35-36, figs. 5, 45, 74, n°. 6, ill.).

Les différences entre ce fragment d’un côté, et la peinture et la tapisserie mentionnés précédemment d’un autre, notamment dans la position du bras du Persan, montrent que ce dessin n’est pas lié à l’une ou à l’autre de ces œuvres. Cependant, différentes autres versions tissées de cette composition sont aujourd’hui connues ou documentées. De ce fait, il est probable que le présent dessin ait servi à la production de l’une d’entre elles (voir de plusieurs). Comme pour les autres rares dessins et fragments qui nous sont parvenus, le dessin suggère qu’il fut utilisé pour le métier à tisser, mais sa survivance montre qu’elle fut également considérée très tôt en tant qu’œuvre d’art à part entière. En raison de ses dimensions, un dessin de cette taille est rarement entièrement exécuté par le maître lui-même ; plutôt, elle est généralement réalisée par des assistants sous sa supervision, et parfois retouchée par l’artiste. Il s’agit donc d’une œuvre dont le but final est différent des études signées de Le Brun pour la bataille d’Arbèles au Louvre (voir L. Beauvais, Musée du Louvre, Département des Arts Graphiques. Inventaire général des dessins. École française. Charles Le Brun, 1619-1690, Paris, 2000, II, nos. 1785- 1787, I, ill.) mais d’une qualité supérieure aux copies, comme en témoigne un exemple faible également conservé au Louvre (ibid., n°. 1833, ill.). Cette tête d’expression est tout à fait caractéristique des recherches de l’artiste sur les émotions humaines et peut être comparée à un dessin conservé au Louvre intitulé par l’artiste lui-même ‘L’Effroi’ (voir ibid., II, n°. 2016, ill.).

Un tableau d’après Le Brun attribué à Gabriel Revel en vente publique

La maison Magnin-Wedry met en vente à Drouot Paris le 18 décembre 2018 (lot 174) un Mariage de Moïse et de Séphora peint d’après le tableau de Le Brun aujourd’hui conservé à la Galleria Estense. 

Charles Le Brun, Le mariage de Moïse et de Séphora, Modène, Galleria Estense

Dominique Brême attribue l’oeuvre au peintre d’origine champennoise Gabriel Revel. 

D’après Charles Le Brun (attribué à Gabriel Revel), Le mariage de Moïse et de Séphora, collection particulière

Notice du catalogue de vente : 

Lot 174 : Charles LE BRUN (Paris1610-1690), atelier de

Le Mariage de Moïse et de Séphora, fille de Jéthro
Huile sur toile (rentoilage, quelques restaurations sur le pourtour, la partie haute de l’architecture, le rideau suspendu, le cou de la femme agenouillée à droite) 66,5 x 114 cm

Provenance :
Paris, Hôtel Drouot, Etude Tajan, 30 juin 2000, n° 47 (Gabriel Revel).
Reprise de la composition de Charles LE BRUN datée de 1687 (Toile; 113 x 122 cm) peinte pour Louis XIV et conservée depuis 1814 à la Galleria Estense de Modène après avoir figuré à Versailles dans la Chambre du Billard (Cf. Nicolas Milovanovic, catalogue de l’exposition Charles Le Brun, n° 219, pp. 390 – 392 – Louvre
– Lens 2016).
La composition faisait pendant à une première toile de Charles LE BRUN (1686) Moïse défend les filles de Jéthro, conservée elle aussi à Modène (Cf. Jacques Thuillier, catalogue de l’exposition du château de Versailles, Charles Le Brun, n° 44 & n° 45; juillet – octobre 1963).
Le peintre Claude NIVELON (1648-1720) disciple du maître, a donné dès 1700 une longue description du Mariage de Moïse et de Séphora, précisant l’identité des personnages, la couleur de leurs vêtements, leurs attitudes et leurs émotions, ainsi que les pièces d’ameublement ou les objets rituels (Vie de Charles Le Brun et Description détaillée de ses ouvrages, pp.558 – 560 (Genève, Librairie Droz S. A – 2004).
L’auteur de cette copie, probablement réalisée dans l’atelier du maître, a été identifié par Monsieur Dominique
Brême, qui l’inclura dans son catalogue raisonné en préparation, comme étant Gabriel REVEL (Château- Thierry 1643 – Dijon 1712) élève, collaborateur et disciple de Charles LE BRUN, peintre de portraits et d’histoire, agréé à l’Académie en 1682 (Cf. Dominique Brême, Gabriel Revel: collaborateur champenois de Le
Brun à Versailles; Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles; 28 octobre 2015).
En reprenant la composition de Charles LE BRUN, dont il respecte scrupuleusement les coloris et les lumières, les ombres et les reflets, Gabriel REVEL modifie son format, à l’origine en largeur, pour en faire une toile en hauteur, poursuivant dans la partie supérieure l’élévation de ce “ bâtiment d’architecture très riche ” comme l’avait qualifié Claude NIVELON, par une partie qu’il recrée et complète en s’inspirant de modèles classiques.

Un tableau de jeunesse de Le Brun acquis par Versailles

La Société des Amis de Versailles offrent, par le biais du mécénat du Comte Edouard de Royère, un tableau de jeunesse de Le Brun au château de Versailles. Il représente le berceau du duc d’Anjou né le 21 septembre 1640 au château de Saint-Germain-en-Laye et était destiné à la gravure. 

Charles Le Brun, Le berceau royal du duc d’Anjou, 1640, Versailles, musée national du château

Communiqué officiel des Amis de Versailles : 

Ce petit panneau de chêne, demeuré dans une collection parisienne et resté jusqu’à ce jour inédit, fait partie d’un corpus d’œuvres en cours de recomposition par les spécialistes de l’artiste. La récente exposition consacrée à Le Brun (Charles Le Brun, sous la direction de Bénédicte Gady et Nicolas Milovanovic, musée du Louvre-Lens, 18 mai – 29 août 2016), a permis de faire le point sur cet ensemble qui n’a cessé de s’étoffer ces dernières années. 
On peut mentionner, parmi ces œuvres précieuses et délicates, toutes réalisées sur bois et destinées à la gravure, des figures de dévotion (Sainte Geneviève du musée des Beaux-Arts de Rouen) et des cycles allégoriques sur les Saisons, les Continents, les Heures du jour ou les Ages de l’homme (« L’Enfance, collection particulière, Genève ; divers exemples conservés dans des collections particulières).
Cette imagerie conçue pour l’illustration des frontispices de thèses et des almanachs a connu au cours des années 1630-1640, dans les milieux artistiques liés à l’édition parisienne, une vogue dont témoignent les œuvres de Le Brun, mais aussi celles de Juste d’Egmont, de Jean de Saint-Igny, de Claude Vignon ou encore d’Abraham Bosse.Les panneaux que Le Brun fournit aux graveurs étaient souvent aux dimensions de l’estampe et réalisés en camaïeu de bruns, de verts et de gris (on les retrouve dans les inventaires d’éditeurs sous l’appellation de « petits tableaux blancs et noirs »).

C’est la naissance du frère puiné du dauphin, Philippe, alors titré duc d’Anjou, né le 21 septembre 1640 au château de Saint-Germain-en-Laye, qui est célébrée dans notre panneau. Le berceau, orné de dauphins, tout comme le tapis et le dais, sont là pour signifier la permanence dynastique assurée par cette double naissance tardive que le royaume n’espérait plus, après 23 années d’un mariage sans héritier mâle.

Une fois de plus, Le Brun témoigne de son aptitude à adapter sa manière, comme il le fit dans l’atelier de Vouet ou à Rome au contact de Poussin, au type d’œuvres auxquelles il travaillait. Ici, pas de larges aplats ni de touche moelleuse, mais une manière nerveuse et précise, mettant en scène des figures à la grâce naïve et aux doigts effilés puisées dans le répertoire flamand.

Huile sur panneau 27 x 36,5 cm
Gravé par  Guillaume de Gheyn « Le berceau Royal du duc d’Anjou » en 1640

Acquisition grâce au Mécénat du Comte Edouard de Royère, novembre 2018.

Un fonds de documents manuscrits inédits sur la genèse des Hommes Illustres de Charles Perrault en vente publique (Paris, Aguttes, 14 novembre 2018)

La vente Aguttes du 14 novembre 2018 consacrée à la spécialité « Littérature » et organisée dans le cadre de la liquidation de la société Aristophil, contient deux lots de première importance dans la compréhension de l’histoire du livre, de l’estampe et plus généralement de l’art sous le règne de Louis XIV.

Il s’agit des archives de l’intendant de la marine Michel Béguon (1638-1710), grand curieux et érudit, qui était à l’origine de l’ouvrage de Charles Perrault, les Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, avec leurs portraits au naturel, paru en deux tomes à Paris chez Antoine Dezallier en 1696-1700. Dès le début du projet, Charles Le Brun faisait partie des personnages choisis par Perrault et Bégon. 

Portrait gravé de Le Brun dans les Hommes Illustres (Bnf).

Le lot 79 contient de la correspondance adressée à Bégon qui concernent en partie le projet des Hommes Illustres, mais également des lettres autographes de Perrault, Edelinck, Ménestrier, Gaignières, entre autres, et surtout un ensemble de lettres très intéressantes de l’érudit et antiquaire dijonnais Claude Nicaise (1623-1701). 

Le lot 194 est spécifiquement consacré à l’ouvrage des Hommes illustres. Il est d’une grande richesse pour le chercheur, car il permet d’étudier en détail l’ensemble du projet éditorial, du choix des Illustres à celui des graveurs. Les nombreuses quittances ainsi que les contrats passés avec l’éditeur, très rarement conservés, permettent également d’analyser en détail l’économie de cette entreprise. 

Voici le détail des deux notices rédigées par l’expert : 

Lot n° 79 : [BÉGON MICHEL (1637-1710)
INTENDANT DE LA MARINE, ÉRUDIT ET COLLECTIONNEUR]

89 lettres ou pièces, la plupart L.A.S.
à lui adressées, 1688-172.
Bel ensemble inédit concernant notamment le livre Les Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, avec leurs portraits au naturel, par Charles
PERRAULT.
Ces documents attestent le rôle majeur joué par Michel Bégon dans l’élaboration de cet ouvrage signé par Charles Perrault, Les Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, avec leurs portraits au naturel (2 tomes, Paris, Antoine Dezallier, 1696-1700), conçu pour rendre hommage au siècle de Louis XIV: Bégon en fut à la fois le mécène, le collaborateur scientifique et le conseiller artistique, en un mot «le maître», disait Perrault. D’autres lettres évoquent l’activité de Bégon comme intendant, la marine, le commerce et la traite, et aussi ses passions de collectionneur.
Voir aussi le n° 194.
Antoine DEZALLIER (1642-1716, imprimeur- libraire). 15 L.A.S. à Bégon, Paris 1697- 1707 (20 p. in-4 ou in-8), sur des commandes et envois de livres et d’estampes, etc.
René DUGUAY-TROUIN (1673-1736, corsaire).
L.A.S. à Bégon, Brest 2 juillet [1705 ?] (3 p. in-4), regrettant de ne pouvoir donner une place d’enseigne au garde de la marine recommandé par Bégon, à la suite de la défection du vaisseau Le Cheval marin; il a dû embarquer tous les officiers qu’il avait arrêtés, et se trouve avec trop d’officiers; il espère partir à la fin de la semaine «mais assés mal armé»…
Gérard EDELINCK (Anvers 1640-1707, graveur).
L.A.S. à M. Bulté, bibliothécaire de l’intendant Bégon à Rochefort (2 p. in-4), au sujet de ses comptes avec Bégon.
Roger de GAIGNIÈRES (1642-1715). L.A.S. à Bégon, Paris 4 novembre 1690 (3 p. in-8), au sujet de leurs collections de portraits et de jetons et d’éventuels échanges, et la gravure par Pinsson du portrait du père Vignier.
GALLOT (médecin rochelais). L.A.S. à Bégon, La Rochelle 25 avril 1690 (4 p. in-4), curieuse lettre sur un cas de malformation anatomique.
François JANISSON (1634-1705, avocat au Parlement de Bordeaux, correspondant de Pierre Bayle). 3 L.A.S. à Bégon, Paris 1696-1698 (9 p. in-4), parlant de Charles Perrault et des Hommes illustres, de M. de Villermont, de la mort de Mme Bégon, du graveur Pinsson…
Jean MABILLON (1632-1707, bénédictin, érudit). L.A.S. à Bégon, [vers 1690] (3 p. in-4), recommandant un médecin M. de La Charlière, et parlant de vers latins sur M. de Santeul et d’une pièce sur les titres de la maison de La Tour d’Auvergne…
Claude-François MENESTRIER (1631-1705, jésuite, historien et érudit). L.A.S. à Bégon, 9 février 1690 (3 p. in-4), au sujet de son
Histoire du Roy par les monumens publics.
Claude NICAISE (Dijon 1613-1701, abbé, antiquaire et érudit). 20 L.A.S. à Bégon, 1690-1699 (environ 80 pages la plupart in-4). Importante correspondance érudite, concernant les antiquités, les médailles, la littérature, les sciences, etc., citant Descartes, Mme Deshoulières, Leibniz, Galland, Bayle, Moreri, Mabillon, etc. Avec un dessin à la plume d’un sarcophage antique sculpté, et divers documents.
Charles PERRAULT (1628-1703, écrivain, l’auteur des Contes). Importante L.A.S. à Bégon, 9 août 1694 (3 p. in-4), faisant la liste des cinquante éloges qu’il a composés pour le premier volume, exposant ses projets pour le second tome, parlant des portraits que grave Edelinck, et proposant un titre pour l’ouvrage: Le beau siècle de France ou Les
Eloges historiques de la pluspart des grands hommes qui ont paru en France pendant le dix septième siècle.
PINSSON (graveur). 4 L.A.S. à Bégon, 1693- 1702 (12 p. in-8). Intéressante correspondance sur Charles Perrault et les Hommes illustres, les libraires Dezallier et Anisson, le graveur Edelinck, etc. Nicolas-Joseph POISSON (1637-1710, prêtre, disciple et traducteur de Descartes). 3 L.A.S. à Bégon, Nevers 23 juin-26 juillet (10 p. in-4), au sujet d’un travail sur les savants d’Italie, et les correspondances qu’il entretient avec plusieurs d’entre eux.
François-Roger ROBERT (†1736, intendant des îles d’Amérique de 1695 à 1702). 5 L.A.S. à Bégon, Martinique 1698-1700 (31 p. in-4, plus un duplicata). Intéressante correspondance de Martinique où Robert est confronté à la maladie et à l’ennui, évoquant aussi la traite des nègres en Guinée, le commerce et la marine, etc.
Jean SAGUENS (minime toulousain, disciple du Père Maignan, physicien et philosophe).
L.A.S. à Bégon, Toulouse 28 mars 1691 (2 p.
in-4), sur le R.P. Maignan; plus le manucrit autographe du père Charles PLUMIER (1646- 1704, voyageur et naturaliste) sur la vie du
R.P. Maignan destiné aux Hommes illustres (4 pages et demie in-fol.).
Jean de SANTEUL (1630-1697, abbé, poète latin). L.A.S. à Bégon, Saint-Victor 15 [juin 1695] (3 p. in-4), le remerciant de ses présents qui vont réveiller sa Muse et qu’il célébrera en vers latins.
Joseph Donat de SURIAN (Marseille 1650- 1712, médecin et botaniste, collaborateur du père Plumier). 6 L.A.S. ou P.A.S. à Bégon, Marseille et Paris 1693-1694 (19 p. in-4 et 4 p.
in-fol. en partie autogr.). Très intéressante correspondance scientifique sur la botanique du Canada, la cochenille, le kermès, le cachou, la gomme laque, la graine d’écarlate, etc.
Esprit Cabart de VILLERMONT (1628- 1707, littérateur, il fut lieutenant général de Cayenne). L.A.S. à Bégon, Paris 8 mars 1689 (3 p. in-4), plus une L.S. de Michel BÉGON à Villermont, Rochefort 13 décembre 1692 (7 p. in-4, adr.). Villermont parle de ses travaux historiques sur Reims. Bégon parle longuement des Hommes illustres et des interrogations sur l’insertion d’un éloge du duc Gaston d’Orléans, louant son cabinet de curiosités et son intérêt pour les savants…
Lettres diverses à Bégon: 19 lettres, la plupart
L.A.S., 1688-1712, par le jésuite Ferran, l’augustin Guillaume Bonjour, le docteur Venette, le provincial des récollets Marcellin Desbois, l’évêque de Saintes Guillaume du Plessis de la Brunetière, François Bégon, l’intendant de la Martinique Gabriel Dumaitz de Goimpy, etc. On relève notamment des lettres écrites de la Martinique, de Marseille, Toulon, La Rochelle, Saint-Gobain, Rome, etc., parlant de livres et de bibliothèques, de littérature et d’érudition, des Hommes illustres, de la marine, des galériens, d’histoire naturelle, des querelles religieuses, du portrait de Mme Bégon par Largillière, du commerce avec la Martinique, de la Compagnie de Saint-Gobain, etc.
Plus un manuscrit sur Rochefort (21 pages in-fol.), très intéressant sur la ville et le port de Rochefort, mettant en lumière le rôle joué par Bégon. Plus une lettre en vers: «A Monseigneur de Begon, Intendant de la province d’Aulnis et des Isles adjacentes.
Sur L’Ambitieux, qu’on met pour la première fois à l’eau à Rochefort le 7 de Decembre l’an 1692».

Lot n° 194 : [PERRAULT CHARLES (1628-1703)]

30 L.A.S. «Perrault» et 3
MANUSCRITS autographes, Paris 1692-1698, à Michel BÉGON, à Rochefort; 59 pages in-4 ou in-8, quelques adresses. Plus des notes et manuscrits autographes de Michel
BÉGON (environ 275 pages); 43
L.A.S. et 2 P.A.S. du libraire Antoine
DEZALLIER, 1692-1700, à Michel
BÉGON; 25 lettres de divers, et 40 documents joints. Le tout sous une chemise cartonnée ancienne (usagée), titrée: «M. Begon intendt de la Rochelle. Mémoires sur quelques gens illustres manuscrits».
Important ensemble entièrement inédit concernant l’élaboration du livre Les
Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, avec leurs portraits au naturel, sous le mécénat de l’intendant
Michel BÉGON.
Ces documents attestent le rôle majeur joué par Michel BÉGON (1637-1710, intendant de la
Marine, érudit, bibliophile et collectionneur) dans l’élaboration de cet ouvrage signé par
Charles PERRAULT, Les Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, avec leurs portraits au naturel (2 tomes, Paris, Antoine Dezallier, 1696-1700), conçu pour rendre hommage au siècle de Louis XIV:
Bégon en fut à la fois le mécène, le collaborateur scientifique et le conseiller artistique, en un mot «le maître», disait Perrault.
Voir également le n° 79.
A. Charles PERRAULT. 30 L.A.S. «Perrault» et 3 manuscrits autographes, Paris 1692-1698, à Michel BÉGON, à Rochefort; 59 pages in-4 ou in-8, quelques adresses.
Importante correspondance permettant de suivre les aléas matériels, artistiques et politiques de l’édition des Hommes illustres.
18 juin 1692. Compte rendu de la conférence de Perrault avec MM. de VILLERMONT et le graveur PINSSON. Ils sont d’accord pour faire travailler le graveur VERMEULEN: «son burin, que jay vû dans le portrait de Mr de la
Quintinie, est assez bon pour ces sortes de portraits vû le nombre qu’il y en a à faire».
Ils persistent à «ne mettre que 50 portraits dans chaque volume parce que le volume sera assez gros et satisfera autant le public que s’il l’estoit davantage, qu’il sera plustost fait, et quil se debitera plus facilement estant moins cher. Nous persistons encore à se restraindre au nombre de cent pour faire deux volumes», quitte à en faire un troisième des oubliés ou des disparus. Ils travaillent donc au «choix de nos cent Illustres sur pres de 300 que nous avons ramassez»… – 3 juillet. Il envoie le choix retenu, «avec soumission pleine et entiere à vostre choix auquel nous soumettons le nostre sans façon»; les 75 premiers ont fait l’unanimité. Il va faire faire par Dezallier des essais pour la taille du volume et les caractères… – 24 juillet. Sur l’accord passé avec le graveur EDELINCK, «le plus habile qu’il y ayt, et qu’il y ayt peut estre jamais eû»… – 14 août. Liste des 50 portraits du premier volume, dont près de la moitié sont déjà gravés, dont celui de Perrault lui-même… Il pense qu’on ne doit pas mettre
Henri IV ni Louis XIII: «ce sont des Roys qui sont au-dessus des cathegories et qui nous ont semblé ne devoir point estre meslez avec leurs sujets»… – 3 décembre. Liste des portraits du premier volume, avec des suggestions de remplacement pour certains (Cassini remplacé par Roberval, Huygens par Pascal, etc.); il ne reste plus que quatre portraits à faire… – 29 décembre. Bégon est «le maitre», mais Perrault recommande de réserver certains portraits pour le second volume. On mettra sur les portraits les noms et qualités, ainsi que les armes, chiffres et devises, mais pas de vers; reproduire des médailles ou tombeaux rendrait le livre trop cher. Perrault désapprouve de «dedier le livre au Roy. Cela ne produit rien et couste beaucoup par les exemplaires en maroquin qu’il fault donner à toute la Cour»… 22 avril 1693. À la suite du «Mémoire des 50 portraits qu’on croit devoir composer le 1er volume», dont 33 sont marqués comme gravés, Perrault explique qu’il sera facile d’en réutiliser certains pour le 2e volume en ne changeant que le visage, ce qui sera économique et rapide. Il plaide pour l’inclusion de PELISSON (d’origine protestante), très digne de l’honneur, «la catholicité de sa mort» étant bien établie, et pour celle de QUINAULT «parce quil devient fort à la mode den dire du bien» et que la voix publique l’a «mis au 1er rang des Poetes
Lyriques», comme le montre la décoration du théâtre de l’opéra… – 28 mai. Il se réjouit de l’approbation par Bégon du choix «des 50 portraits de nostre premier volume», et va s’informer des frais «pour les impressions papiers et relieures»… – 11 juin et 5 juillet, au sujet d’une avance au fils d’Edelinck, qui va à La Rochelle.
3 septembre 1694. Au sujet des portraits de
Marca et de Lamoignon que va graver Edelinck, et de celui de Pithou gravé par Lubin.
19 avril 1695. Nouvelle liste de «Noms des 50 hommes illustres dont on propose de composer le 1er volume»: «leurs eloges sont faits ou du moins jettez sur le papier»; mais pour certains d’entre eux, Perrault veut les montrer à quelques personnes, «non seulement pour eviter les reproches et les pleintes […] mais affin aussi de profiter des memoires que lon me donnera»… – 20 juin, sur le remplacement de Dupuy le jeune par LA FONTAINE; communication d’une première dizaine d’éloges: «plus vous rognerez corrigerez et ajouterez et mieux ce sera»… – 21 juin. Comme Bégon lui donne «pouvoir de regler toutes les petites difficultés», Perrault fera «rouler incessamment la presse»… – 19 juillet. Envoi des noms des 20 premiers
Illustres du second volume… – 22 juillet. Communication de sept éloges, avec prière d’examiner la préface… – 8 septembre. Les éloges d’Henri IV et Louis XIII donneraient beaucoup de relief au livre, mais leur intention est de «faire honneur au Roy des grands hommes que le ciel a donnez à la France dans son siecle»… Analyse de ce principe, et examen de la question du duc d’Orléans… 19 février 1696. Perrault fait le point sur l’avancement du volume, presque achevé; on travaille à l’impression des éloges, et le privilège est scellé… – 9 mars. Anxiété concernant les portraits manquants de Turenne, Lully, Malherbe, Sarasin et Le Brun, promis par le graveur Lubin… – 29 avril. Sur le bruit provoqué à la Cour concernant le choix d’Antoine
ARNAULD et de Blaise PASCAL pour figurer parmi leurs Illustres, et les plaintes déjà faites à M. le Chancelier, lequel craint l’avis du Roi… – 14 mai. On remplacera Arnauld par
M. de Launoy, mais les gens que celui-ci a blessés sont infiniment plus nombreux que les adversaires de celui-là. «Il n’y a presque point de province, de ville considerable, de communauté de congregation qu’il nayt offencées en degradant leurs patrons et en combattant des traditions ou ils mettent toute leur gloire»… 6 mai 1697. Sur la répartition des portraits du second volume entre EDELINCK et LUBIN…
– 12 juillet. 16 juillet. Décompte des exemplaires vendus par l’éditeur DEZALLIER…
– 24 novembre. Problèmes de portraits, en particulier celui de M. Du Cange, décrié par le public… 7 novembre 1698. Communication d’éloges, en priant Bégon de lui éviter les «faux pas»…
On a reproché à Edelinck de se relâcher; mais «la beauté des estampes depend infiniment des tableaux sur les quels on les grave»… 25 portraits sont déjà gravés pour le second volume… – 25 novembre. Compte rendu d’une réunion pour préparer le 2e volume. – 21 décembre. Au sujet de ses démarches «pour une place d’écrivain principal pour mon fils»…
Plus une liste autographe de 150 noms d’Illustres possibles, avec corrections et additions autographes de Bégon; et un intéressant
Projet pour l’impression et pour la vente du Livre des Portraits et des Éloges des hommes illustres françois, avec chiffrage du coût et du prix du livre, suivi de «Remarques» autographes de Bégon sur diverses omissions: exemplaires de luxe, contacts avec les familles des Illustres, etc.; le projet autographe par Charles Perrault pour le contrat d’édition avec Dezallier, 17 octobre 1695. On joint quelques minutes de réponses de Bégon.
B. Michel BÉGON. NOTES et MANUSCRITS autographes; environ 275 pages formats divers, plus quelques documents d’autres mains, notamment par son secrétaire.
Notes pour réviser ou compléter les notices et les épreuves des Éloges des Hommes illustres.
On retiendra d’abord le gros dossier concernant
Antoine ARNAULD, accompagné d’un portrait gravé par Langlois, avec le manuscrit de la notice, les importantes corrections de Bégon, plus des pièces annexes (le grand janséniste a été écarté pour des raisons politiques du recueil), Les révisions portent sur une soixantaine de textes: la préface de l’ouvrage, puis les éloges de
MM. d’Andilly, Ballin, Balzac, Mgr du Bellay, Benserade, le cardinal de Bérulle, Bignon, Jacques Callot, Jean-Pierre Camus, Colbert, Condé, Corneille, Descartes, Du Cange, Duclos, Duperron, Pierre et Jacques Du
Puy, Guillaume Du Vair, Gassendi, Godeau, d’Herbelot, le Président Jeannin, le père de
La Haye, Lallemand, Lamoignon, La Quintinie, Jean de Launoy, Le Brun, Le Main, Le
Maistre, Le Sueur, Lulli, Maignan, Malherbe, de Marca, Masson, Ménage, Molière, Morin, Nanteuil, le comte de Pagan, Pascal, Peiresc, Pelisson, Perrault («Cet eloge est a mon goust le plus bau de tous»), Petau, Poussin, Monsieur le Prince, Quinault, le cardinal de
Richelieu (long commentaire), Rollat, Sainte-
Marthe, Sarrasin, Scaliger, Séguier, Senault, Sirmond, H. de Sponde, Turenne, Varin, Vincent de Paul, Voiture… Ces documents attestent l’importance de la participation scientifique et littéraire de Michel Bégon aux Hommes illustres, dont il est le mécène.
Bégon signale et corrige des solécismes, des obscurités, des redondances, cacophonies et autres répétitions, ainsi que des fautes de copiste parfois importantes. «Cette periode est languissante et embarrassée», dit-il du début de la préface, «& comme j’ay cru que les deux premieres pages pouvoient estre mieux tournées je les ay changées a ma maniere, conservant les endroits qui m’ont paru beaux» (texte révisé joint)… Ailleurs, il invite «Mr Perraut à mettre sa pensée dans un autre jour», recommande de parler des ouvrages qui font honneur aux Illustres, émet des doutes quant aux
RÉFÉRENCEs, et signale des omissions (charges, honneurs, liens de parenté, circonstances de décès). Ses critiques portent aussi sur des généralités contestriés croire combien on est chagrin de la proscription qu’on a faite de M. Arnaud et de M. Pascal, je feray ce que je pourray de mon costé pour en adoucir l’infortune, ayant presentement 50 portraits de M. Pascal que je mets derriere avec M. Arnaud»… 3 avril. Il n’a vendu que les deux tiers des 250 exemplaires tirés, mais s’il n’avait pas ajouté les portraits d’Arnauld et Pascal, il n’en aurait pas écoulé une douzaine… 18 avril. «Je crois qu’on ne scauroit se dispenser de mettre dans le 2e tome Mr Le Tellier chancelier de
France, Mr de Reims et M. de Barbesieux [fils et petit-fils du Chancelier] seroient fort fachés si l’on oublioit de l’y mettre. Surtout, Monsieur, point de Jesuites»… Ailleurs, il est question de ses rapports avec le graveur
EDELINCK et avec Charles PERRAULT, de la distribution du tome I en province et à l’étranger, et de l’achèvement, avec retard, du second tome… Plus de nombreuses commandes de livres et quelques événements du jour: le Dictionnaire critique de Bayle, mort de Bignon, M. de Caumartin nommé conseiller d’État, grâce royale à M. Talon, etc
D. Correspondances. 25 L.A.S. d’artistes, un imprimeur et un érudit, 1692-1698, à Michel
BÉGON; 52 pages in-4 ou in-8, plusieurs adresses, et plusieurs avec notes ou minutes de réponse.
Le graveur Gérard EDELINCK (6), concernant son travail de graveur pour les portraits des
Hommes illustres et la protection accordée à son fils par Bégon, plus une de son fils avec billet joint du père au fils: plus une liste autographe de Charles PERRAULT des portraits à graver. L’imprimeur ROGUET (7, coins un peu rongés), sur les planches des Hommes illustres qu’il fait imprimer, le portrait de Pascal, des épreuves qu’il lui soumet, des problèmes avec les graveurs.
Le Père Nicolas SARREBOURSE (10), écrites de Sainte-Geneviève de Paris, concernant l’enrichissement et la mise en valeur des collections de Bégon, les gravures qu’il fait tirer par son ordre et qu’il donne à Perrault, l’avancement des Hommes illustres, etc. Le peintre et graveur Jacques FRIQUET DE VAUROZE, sur l’éventuelle inclusion de ses portraits gravés. Plus 2 minutes autographes de lettres de Bégon au graveur PINSSON; la copie d’une lettre de Pierre BAYLE à Pinsson (coin déchiré); et un mémoire sur les manuscrits laissés par Jean-Baptiste COTELIER.
E. Mémoires, reçus, quittances et états. 40 pièces de graveurs, imprimeurs ou libraires, ou de Bégon, concernant les travaux destinés à l’édition des Hommes illustres, 1693-1699.
Antoine DEZALLIER, Gérard EDELINCK, FRIQUET DE VAUROZE, Lubin, Pequin, Roguet, P. van Schüppen… Plus des notes de Michel
BÉGON sur les portraits faits ou à faire, des livres à faire venir de Paris.

L’historien de l’art pourra également être intéressé par les deux manuscrits d’oeuvres dramatiques du peintre Charles-Antoine Coypel (lot 118 et lot 119). 

Un Songe de Joseph à la TEFAF New-York Fall 2018

Cliché Christie’s 2013

Un Songe de Joseph passé en vente à Paris le 15 avril 2013 chez Christie’s sous une attribution à Gabriel Revel (D. Brême) est actuellement présenté jusqu’au 31 octobre sur le stand Wildenstein & Co. Inc. de la TEFAF New-York comme un tableau de Charles Le Brun. 

En 2013, l’oeuvre avait peu convaincu pendant l’exposition, éclipsée également dans la même vente par le Sacrifice de Polyxène découvert au Ritz et qui a rejoint les cimaises du Metropolitan Museum. L’oeuvre comportait d’importants repeints, sans doute du début du XIXe siècle, notamment le phylactère qui a été ajouté.

Nous avions alors pu mettre en rapport un dessin pour un songe d’Élie (Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts) avec ce tableau. Cette feuille porte une inscription ancienne « Le Brun », mais cette attribution ne correspond pas à ce que l’on connait de la technique du peintre. 

Paris, ENSBA, inv. PM 612 (cliché Matthieu Lett, 2013)

On peut encore ajouter à ce dossier un dessin du fonds Le Brun du Louvre qui est proche de la figure de Joseph. 

Paris, musée du Louvre, inv. INV. 29071 (© RMN)

[Attention : Ce billet n’engage que son auteur et ne constitue pas une expertise]

Un portrait de Charles Perrault par Le Brun en vente

Un portrait de Charles Perrault attribué à Le Brun est catalogué à la vente Artcurial du 13 novembre 2018 à Paris. L’oeuvre sera visible lors de l’exposition au 7 rond point des Champs-Élysées  (9 novembre, de 11h à 19h ; 10 novembre, de 11h à 18h ; 11 novembre, de 14h à 18h ; 12 novembre, de 11h à 19h ; 13 novembre, sur rendez-vous).

Extrait de la notice du catalogue de vente (lot 53) : 

Charles Le Brun et collaborateurs Paris, 1619 – 1690 
Portrait de Charles Perrault
Huile sur toile 
(Restaurations)

Portrait of Charles Perrault, oil on canvas, by Ch. Le Brun and coworkers 
Hauteur : 135,50 Largeur : 97,50 cm 

Provenance : Mentionné dans l’inventaire de Charles Perrault du 26 avril 1672 :  » Mon portrait peint par Monsieur Le Brun de la hauteur de cinq piedz avec bordure dorée  » ; 
Collection de la comtesse Yves de Rasilly, Bergerac, jusqu’en 1995 ; 
Acquis auprès de cette dernière par l’actuel propriétaire ; 
Collection particulière, Dordogne 

Bibliographie : Jacques Barchilon,  » Charles Perrault à travers les documents du Minutier Central des Archives Nationales : l’inventaire de ses meubles en 1672 « , in ‘XVIIe siècle’, Paris, 1964, p. 12 
Charles Perrault, ‘La Peinture’, ed. de J.-L. Gautier-Gentès, Paris, 1992, p. 16-17, note 18 
Bénédicte Gady, ‘L’ascension de Charles Le Brun : liens sociaux et production artistique’, Paris, 2010, p. 500, mentionné dans la note 1405 
Patricia Bouchenot-Déchin, ‘Charles Perrault’, Paris, Fayard, 2018, p. 107 et 109 

Commentaire : En janvier 2018, nous découvrions dans un hôtel particulier parisien un beau portrait d’homme au pastel que nous pûmes identifier rapidement comme étant celui de Charles Perrault par Charles Le Brun, décrit par Perrault lui-même dans l’inventaire de ses biens réalisé au moment de son mariage en 1672 (fig. 1)1. Passé entre les mains de plusieurs collectionneurs avertis, puis resté dans la même famille depuis le début du XXe siècle, ce pastel a depuis rejoint les collections du musée du château de Versailles. 

Au sein de l’inventaire de 1672, quelques lignes après la description du pastel, se trouve cette autre mention :  » Mon portrait peint par Monsieur Le Brun « . Prisé 500 livres, il s’agit, et de loin, du tableau estimé le plus cher de l’inventaire. Si sa trace avait été perdue, deux importants témoignages visuels avaient permis d’en conserver le souvenir jusqu’à sa récente redécouverte. D’une part, la gravure d’Etienne Baudet de 1675, reproduisant dans un ovale le buste de Perrault par Le Brun (fig. 2), et d’autre part, événement bien plus rare, une copie de ce portrait contemporaine de l’original : le morceau de réception à l’Académie royale du peintre Philippe Lallemand, remis en 1672 et aujourd’hui conservé au château de Versailles². 
estampe d’Etienne Baudet mentionne la date de 1665 pour notre portrait, qui fut certainement réalisé quelques années plus tard. La décennie 1660 correspond pour Charles Perrault à une période d’apogée dans sa carrière auprès du roi et de son principal ministre, Colbert. En 1662 était créée à l’initiative de ce dernier la Petite Académie, conseil restreint rassemblant à ses débuts quatre hommes de lettres autour du ministre, et qui était chargé de la conception de l’image royale sous toutes ces formes, des écrits aux médailles, en passant par les devises, les cycles décoratifs, et enfin tous les arts. Ses membres avaient été choisis pour leurs compétences littéraires et leur culture classique, les rendant capables de choisir dans les sources anciennes des sujets propres à souligner les multiples vertus du roi. Ils devinrent ainsi les concepteurs d’une partie des grands décors royaux, dont ceux que nous pouvons encore admirer aujourd’hui à Versailles. Nommé secrétaire de cette académie dès sa création, Charles Perrault put compter dans cette tâche sur l’aide de son frère, l’architecte Claude Perrault, associant ainsi à sa plume et à ses idées un habile crayon permettant de les matérialiser3. Quelques années plus tard, en 1668, Perrault fut nommé Premier Commis des Bâtiments du roi. 

Ce rôle amena l’écrivain à collaborer étroitement avec Charles Le Brun, premier peintre de Louis XIV, et les deux hommes nouèrent une relation d’amitié et d’estime dont l’histoire a gardé la trace. Charles Perrault célèbre l’artiste dans ses écrits, notamment dans la notice qu’il lui consacre dans les Hommes illustres :  » Outre le don de peindre, qu’il avoit dans un très-haut degré, il avoit l’esprit net & penetrant, capable de reussir en tout ce qu’il auroit voulu entreprendre4 « . Le peintre utilisa quant à lui son talent pour illustrer les traits de l’écrivain à plusieurs reprises. Si le sobre pastel présenté chez Artcurial en mars dernier, centré sur le visage de Perrault et laissant la feuille vierge à l’arrière-plan, était un témoignage de la proximité entre le peintre et son modèle, l’ambitieux portrait peint que nous avons sous les yeux à quant à lui manifestement été réalisé moins pour la sphère privée que pour la scène officielle. 

De nombreux détails qui ne doivent rien au hasard entourent ici le modèle et viennent souligner ses importantes fonctions ainsi que ses qualités. Représenté de trois-quarts, dans un habit noir richement brodé de conseiller du roi avec un jabot de dentelle blanche – qui ne sont pas sans rappeler les portraits officiels de Colbert -, Charles Perrault se tient devant une bibliothèque, le visage surgissant sur un épais rideau vert. Sur les étagères s’échelonnent de lourds volumes dont les noms des auteurs, distinctement écrits sur les tranches, symbolisent à la fois la culture classique de Perrault (Homère, Virgile, Cicéron) et sa connaissance des grands traités d’architecture de la Renaissance italienne (Serlio, Vignole, Scamozzi, Palladio, Vitruve). En écho à ces prestigieuses références, Le Brun a représenté dans la main de Perrault les œuvres d’Horace, poète par excellence, et sous cet ouvrage les plans du Grand Appartement du roi à Versailles fraîchement achevé et de l’Observatoire de Paris, construit par Claude Perrault en 1667. Un compas, le chevillier d’un luth et une tête de satyre souriant en marbre viennent compléter ces attributs, soulignant le goût et les connaissances de Charles Perrault dans tous les arts et la juste harmonie qu’il savait créer pour les accorder au service de la gloire du roi. 

L’observateur attentif ne manquera pas de remarquer l’angle inférieur droit d’un tableau à l’arrière-plan. Il s’agit d’une toile de Nicolas Poussin, ‘Moïse foulant aux pieds la couronne de Pharaon’ (fig. 3), anciennement dans la collection du duc de Bedford à Woburn Abbey et dont nous savons qu’il était chez Cotteblanche en 1665, où Le Bernin, qui séjournait alors en France pour le projet de la façade du Louvre, le vit le 11 octobre, en compagnie de Charles Le Brun qui  » a dit qu’il l’avait vu faire il y a vingt ans « , soit vers 1643-1645, lors de son séjour à Rome5. L’admiration du premier peintre de Louis XIV pour Poussin et l’influence que celui-ci exerça tant sur sa peinture que sur ses recherches et ses réflexions sur l’art ne sont plus à démontrer. Cette mise en abime constitue à la fois un subtil hommage de Le Brun à son maître et l’affirmation de la suprématie du Beau idéal sur l’observation stricte de la nature, idées partagées par le peintre et son modèle. 

La richesse iconographique de ce portrait, ses différents niveaux de lecture, dont certains nous échappent peut-être encore aujourd’hui, nous permettent de saisir les mécanismes de la représentation sous le règne de Louis XIV. L’effigie d’un modèle va être déclinée par le peintre selon plusieurs critères précis et codifiés, alliant la ressemblance physique, l’acuité psychologique – passant par l’expression du visage et le regard -, les fonctions au sein de l’Etat, reconnaissables aux vêtements et attributs, la valorisation de certaines vertus et compétences mais également, et là est sans doute la plus grande difficulté, celle des valeurs et des idées. Le Brun réussit ici le tour de force de réunir tous ces éléments pour célébrer son collaborateur et ami Charles Perrault, utilisant tout son talent à rendre avec beaucoup de finesse les traits et la psychologie d’un modèle qu’il connaissait bien. 

1. Vente anonyme ; Paris, Artcurial, 21 mars 2018, n° 7. 
2. La remise d’une copie d’après un tableau existant comme morceau de réception à l’Académie royale de peinture et de sculpture peut surprendre mais n’est pas un cas isolé : ce fut par exemple le cas de Marc Nattier, reçu en 1676 avec un portrait de Colbert d’après Claude Lefebvre, ou encore de François Stiémart en 1720 avec un portrait du jeune Louis XV d’après Rigaud (voir cat. exp. ‘Les peintres du roi 1648-1793’, Tours-Toulouse, 2000, p. 33). 
3. Voir à ce sujet M. Cojannot-Le Blanc,  » Les artistes privés de l’invention ? Réflexions sur les  » desseins  » de Charles et Claude Perrault pour les Bâtiments du roi dans les années 1660 « , in ‘XVIIe siècle’, 2014/3, n° 264, p. 467-479. 
4. Ch. Perrault, ‘Les Hommes illustres…’, Paris, 1698, p. 251. 
5. cat. exp. ‘Poussin et Dieu’, Paris, musée du Louvre, 2015, p. 343. 

Estimation 150 000 – 200 000 €

Une gouache de François Chauveau d’après Le Brun présentée à Vaux-le-Vicomte

François Chauveau d’après Charles Le Brun, Le Sommeil de l’enfant Jésus, château de Vaux-le-Vicomte ; Gouache sur vélin, montée sur panneau ; Diamètre : 30 cm

L’association des amis du château de Vaux-le-Vicomte a acquis cette année au Salon du Dessin une belle gouache sur vélin attribuée à François Chauveau d’après le Silence de Charles Le Brun. L’oeuvre est présentée à partir de ce mercredi 27 juin 2018 dans la chambre de Nicolas Fouquet, au premier étage du château.

L’attribution repose sur plusieurs éléments, notamment une étiquette manuscrite du XIXe siècle, collée au dos du panneau : « By Chauveau / Time Louis XIV / given to Baron Bruno / by Louis XVIII / out of his boudoir at the Tuileries ». L’oeuvre a donc été donnée par le comte de Provence, à Louis de Bruno (1739-1814), son introducteur des Ambassadeurs qui l’a lui même légué à sa fille par testament en 1807. 

Étiquette au revers

On sait que l’inventaire après-décès de François Chauveau mentionnait « deux petits tableaux peints sur toile représentant l’un un Sommeil de l’enfant Jésus et l’autre une Descente de croix, originaux de la main du défunt, prisez ensemble quarante sols ». 

 

 

 

Le Brun-Lab

Ce carnet de recherches a pour objet d’établir des liaisons régulières entre les historiens de l’art intéressés par les études sur l’œuvre du peintre Charles Le Brun (1619-1690) et le contexte de sa création en :

– publiant des documents liés à l’artiste utile pour la communauté de chercheurs et de proposer une bibliographie critique

– postant des billets sur les l’actualité de la recherche liée au peintre (colloque, journées d’études, articles … ).

Il est animé par une équipe de chercheurs, universitaires et conservateurs qui souhaitent approfondir la connaissance de l’artiste, par des ressources documentaires et des approches nouvelles.